Les paris sportifs représentent un marché en croissance chaque année en France. L’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) a pour rôle de réguler ce marché et a dévoilé des chiffres intéressants dans son rapport annuel.

Combien y a-t-il de parieurs sportifs en France ?

En 2019, il y avait un peu moins de deux millions de parieurs. En 2020, l’ANJ a compté un nombre record historique de parieurs en France :

4,5 millions

En un an, le nombre de comptes de joueurs actifs (CJA) a donc plus que doublé ! Un autre chiffre peut être encore plus impressionnant, il s’agit de la somme des mises engagées en 2020 :

5,4 milliards

Il s’agit donc de chiffres assez colossaux malgré une année compliquée pour les évènements sportifs, en raison du contexte sanitaire.

Les sports les plus pariés

Bien entendu, c’est le football qui attire le plus de parieurs en France. En 2020, le football représente 70% des paris effectués par les joueurs. Au total, l’année 2020 a vu près de 3,5 Milliards d’euros de mises engagées sur le foot. Pour apprendre à parier sur le foot, tu peux lire notre article : comment améliorer ses paris football ?

C’est toujours le tennis qui occupe la seconde place du podium, puisqu’il s’agit d’un sport également très populaire en France. De plus, des tournois comme Roland Garros ont lieu à Paris et l’impact médiatique joue un rôle dans les habitudes de jeu des parieurs. Pour savoir comment parier sur le tennis, c’est par ici !

Enfin, c’est le basket-ball qui est 3ème de ce classement, avec des paris pour la majorité placés sur la NBA, championnat américain réunissant les meilleurs joueurs du monde. 

Les autres sports sont très peu pariés par rapport au foot, au tennis et au basket. Cela s’explique à cause du nombre de fans et de la portée médiatique qu’ont les différents sports.

Les paris sportifs et la fiscalité

En France, le modèle fiscal appliqué est différent de la majorité des pays en Europe ou dans le monde. Les taxes payées par les opérateurs de paris sportifs sont prélevées directement sur les mises des joueurs, plutôt que sur le chiffre d’affaires des bookmakers. C’est l’un des enjeux les plus actuels pour les plateformes de paris en ligne qui se voient désavantagées par ces conditions. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons pour lesquelles les cotes sont légèrement plus faibles en France que dans le reste de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *